J.J. Grandville in Wonderland

J.J. Grandville in wonderland

 

On remonte le fil des idées : Jean-Jacques Grandville a été une indiscutable source d'inspiration pour Lewis Carroll (entre autre) : ses fleurs animées, ses personnages zoomorphes, filiformes et autres batailles de cartes...

 

ic: Dispo sur le shop ➽

Cette image semble extraite d'Alice aux pays des merveilles... Elle est pourtant antérieure au livre de Lewis Carroll de 20 ans La bataille des cartes - extrait de Un autre monde (1844) - de Jean-Jacques Grandville (1803-1847)⎥ Source

 

L'inspiration

Je trouve toujours passionnant de voir où nos idées prennent racine : comment elles s'accrochent aux idées des autres, les triturent puis s'épanouissent et les emmènent ailleurs. 

C'est l'objectif de ce blog : montrer que nos idées sont rarement complètement originales et qu'on aussi peut puiser dans le répertoire du domaine public pour créer.

Je me suis donc amusée à analyser le lien entre deux oeuvres : une au succès international inspirée d'une autre, tout aussi incroyable mais moins connue du grand public.

Lewis Carrol a été indéniablement inspiré par le travail de Jean Jacques Grandville : ses fleurs animées, certains de ses personnages zoomorphes, filiformes, et une certaine batailles de cartes... 

A l'époque, le travail de J.J. Grandville était très populaire en Grande Bretagne où plusieurs de ses oeuvres ont été traduites et publiées.

Notamment La vie privée et publique des animaux (1842), Un autre monde (1844) et enfin Les fleurs animées (1847) tous parus une vingtaine d'années avant le premier jet d'Alice's adventures underground.

Dès le manuscrit illustré de Charles Lutwidge Dodgson (le vrai nom de Carroll) on remarque ce petit détail d'une Alice à la silhouette allongée qui n'est pas sans rappeler Les grands et les petits de Grandville.

Les grands et les petits - extrait de Un autre Monde (1844) de Jean-Jaques Grandville - Source

 

Alice's Adventures Under Ground (1864) - Manuscrit original de Lewis Carroll - Source

 

C'est un détail qui pourrait passer pour une coïncidence (ou une inspiration commune tirée des miroirs déformants qu'on trouve sur les foires) si on ne retrouvait pas un peu plus loin dans l'histoire un univers peuplé par des cartes sur pattes rappelant La bataille des cartes de Grandville.

En 1863 Charles Dodgson travaille sur une nouvelle version de son histoire après avoir obtenu un contrat avec la maison d'édition Macmillan. 

Ce premier livre s'appellera "Alice's Adventures in Wonderland" et il sera publié sous le nom de Lewis Carroll.

Alice's Adventures in Wonderland

Pour les illustrations, il demande cette fois ci à Sir John Tenniel (qui a souvent cité Grandville comme source d'inspiration au début de sa carrière de caricaturiste) de s'en occuper.

On est très loin des nombreux plagiats dont Grandville a parfois été victime, mais les similitudes sont bien présentes.

La vie privée et publique des animaux (1842) par Jean-Jaques Grandville - Source

 

Alice's Adventures in Wonderland (1865) par Sir John Tenniel - Source

 

Dans Sir John Tenniel : aspects of his work (1994) Roger Simpson (qui a passé en revue nombre d'illustrations et caricatures de l'époque) remet souvent en question l'influence de Grandville sur le travail de Carroll (notamment pour les cartes vivantes) mais déclare tout de même :

Certaines illustrations des aventures d'Alice sont directement inspirées des satires de Grandville (...) avec une certitude quasi absolue concernant le valet de pied grenouille, les avocats perroquets et le juré taupe à lunettes de la scène du procès.

La vie privée et publique des animaux (1842) par Jean-Jaques Grandville - Source

 

Alice's Adventures in Wonderland (1865) par Sir John Tenniel - Source

 

Dans Creators of wonderland (1934), Marguerite Mespoulet suggère également que Tenniel s'est largement inspiré du travail de Grandville.

Elle pointe notamment des similitudes entre le Lapin Blanc, le Dodo, la Fausse Tortue (Mock Turtle), Humpty Dumpty, le Tove Slictueux, et les animaux de Vie Privée et Publique des Animaux et de Un Autre Monde.

Le veau d'or dans Un autre monde; transformations, visions, incarnations ... et autre choses (1844) par Jean-Jaques Grandville - Source

 

Mock Turtle dans Alice's Adventures in Wonderland (1865) par Sir John Tenniel - Source

 

Selon ses recherches, le choix même des animaux de Carroll aurait été largement inspiré par le travail de Grandville ce qui expliquerait les orientations prises par Tenniel. 

Grandville avait déjà décrit un lapin blanc timide et inquiet qui travaille pour le gouvernement qui aurait pu constituer une inspiration. 

ic: Dispo sur le shop ➽

La vie privée et publique des animaux (1842) par Jean-Jaques Grandville - Source

 

Alice's Adventures in Wonderland (1865) par Sir John Tenniel - Source

 

Dans "The Making of the Alice Books", Ronald Reichertz pointe d'autres similitudes empruntées à une autre création de Grandville ayant inspiré Mock Turtle : 

"Dans Un autre monde, Grandville imagine un épagneul/tortue qui a les pattes avant et la tête d'un épagneul, des nageoires arrières et une carapace de tortue. Il n'y a pas d'inspiration antérieure plus similaire que cette illustration de Grandville de Mock Turtle."

Tortue à tête d'épagneul dans Un autre monde; transformations, visions, incarnations ... et autre choses (1844) par Jean-Jaques Grandville - Source

Le jardin des fleurs vivantes

Dans la suite Through the looking-glass, and what Alice found there (1871) c'est le jardin des fleurs vivantes qui semble avoir été emprunté à Grandville.

Il est en effet souvent supposé que Lewis Carroll se serait inspiré de ses "Fleurs animées" pour cette partie de l'histoire.

La pensée et la rose dans Les fleurs animées (1847) par Jean-Jaques Grandville - Source

Ce n'est que mon avis, mais je trouve plus de similitudes entre les fleurs de Tenniel et les fleurs qu'on retrouve dans "Un autre monde; transformations, visions, incarnations ... et autre choses".

Les Fleurs animées ont eu à l'époque un tel succès en France comme en grande Bretagne que Lewis Carrol et Sir John Tenniel les connaissaient et ont pu s'en inspirer dans le caractère des fleurs qui peuplent leur jardin de "living flowers".

Mais quand on lit et observe les illustrations d'Un autre monde on se demande si l'idée n'à pas pu germer plutôt là.

Un autre monde; transformations, visions, incarnations ... et autre choses (1844) par Jean-Jaques Grandville - Source

Extrait de Un autre monde; transformations, visions, incarnations ... et autre choses :

"Non loin de nous , une rose secouait ses feuilles et entrouvrait son calice. Un doux parfum se répandit dans l'air. (...)
L'œillet met du fard à ses joues et un œil de poudre à ses cheveux ; le pois de senteur , pimpant et musqué, se dirige vers la salle du bal ; la couronne impériale ceint son bandeau d'émeraudes ; le myosotis essaie sa robe bleue ; le lys étale fièrement sa collerette de fine batiste ; les pensées ajustent leur toque de velours.
Le dahlia a retenu la pomme d'api aux joues vermeilles pour la première contredanse ; l'abricot valsera avec la fraise ; ce n'est pas pour des prunes que le jasmin s'est si bien frisé et pommadé, mais bien pour une anémone à laquelle il fait la cour depuis long-temps.
Une poire est préposée aux rafraîchissements ; il faut toujours une poire pour la soif. "

Illustration de Sir John Tenniel "A garden of living flowers" extraite de "Through the looking-glass, and what Alice found there" (1871) 

Ces similitudes sont amusantes à observer.

Mais plus que quelques illustrations, c'est l'univers merveilleux et fantasmagorique de Grandville (très novateur pour l'époque) qui a influencé jusqu'aux surréalistes qui permet d'établir ces analogies.

Comme il le dit si bien dans son introduction de Un autre monde; transformations, visions, incarnations ... et autre choses

Je veux aller où me conduira ma fantaisie; je prétends moi-même me servir de guide : vive la liberté !

Sources & infos

Le travail de Jean Jacques Grandville était protégé par la loi révolutionnaire adoptée en 1793 qui accordait des droits à son auteur pendant sa vie puis à ses héritiers pendant une durée de dix ans.

Ses illustrations entrent dans le domaine public le 1er janvier 1858 

 

 À feuilleter sur Internet archive
Un autre monde, La vie privée et publique des animaux, Alice's adventures in wonderland.

 Illustrateurs
Jean-Jacques grandville (en voir plus) & Sir John Tenniel (en voir plus)

❥ Découvert via
Pérégrinations personnelles sur Internet

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés